Maison Familiale Rurale
de SAMER
L'école des métiers de la nature et de l'agriculture

Technicien Agricole (CCTAR)
Secteur(s) professionnel(s) :   Agriculture-Elevage
Niveau :  4 (anciennement IV)
 Imprimer Imprimer 
Présentation du TA ( technicien Agricole)

Public concerné, nombre

Admission et positionnement à l’entrée du parcours de certification

L’accès à la certification peut être envisagé sous le statut de formation continue ou en alternance dans le cadre du contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. Les candidats doivent être âgés d’au moins 18 ans à l’entrée en formation.
S’agissant du statut de formation continue, les candidats doivent justifier d’une année d’expérience professionnelle minimum, de préférence dans le secteur professionnel.
Pour les candidats en alternance, en contrat de professionnalisation ou contrat d’apprentissage, il n’est pas exigé d’expérience préalable, celle-ci s’acquérant au fur et à mesure du parcours. Cependant la connaissance préalable de l’exploitation agricole sera requise (stages, travail saisonnier…).

Accueil, information

Cette étape permet de :
  • recueillir les premiers éléments de l’identité de la personne candidate, de son parcours et de son projet,
  • délivrer les informations relatives à la certification, aux différentes possibilités de parcours (durée, rythmes, modalités pédagogiques…) et d’aborder les dimensions à la fois administratives et financières (en la guidant, si nécessaire, vers les institutions compétentes).
A l’issue,
  • soit le candidat réunit les conditions exigées pour un parcours d’accès en VAE et il engagera la procédure prévue,
  • soit le parcours du candidat correspond à la voie de la formation. Il s’engagera alors dans la phase de vérification des prérequis.

Prérequis, Modalités et délai d'accès

Vérification des prérequis

La vérification des prérequis s’opère au travers de tests écrits et/ou oraux (expression écrite et orale, connaissance du secteur) et permet de se prononcer sur l’admission du candidat. Un entretien oral associant des professionnels permet également d’apprécier le degré d’engagement du candidat, le niveau de maturité du projet, les atouts et les freins.
En cas de réorientation, de nouvelles pistes sont fournies afin d’aider la personne à réaliser son projet professionnel.
c) Positionnement et personnalisation du parcours
Tenant compte des objectifs de la personne, de ses acquis professionnels et de formation, un parcours personnalisé est défini à partir d’un module de positionnement comprenant :

Le repérage des acquis de formation

Au cours du positionnement d’entrée en parcours de certification, à la demande du candidat et dans un objectif de personnalisation, il peut être tenu compte des acquis de formation antérieurs. Des justificatifs devront alors être joints au dossier de manière à ce que la commission de positionnement puisse les prendre en compte dans ses propositions d’individualisation du parcours.

Il s’agit de la prise en compte de :

  • Notes ou appréciations obtenues à un examen de niveau IV ou plus,
  • Compétences acquises à travers d’autres qualifications du même secteur professionnel. La classification par niveau (V, IV et III) est à prendre en compte pour repérer le niveau des compétences acquises et le comparer en référence à la classification RNCP.
Toute demande de validation d’acquis académiques, accompagnée des justificatifs de capacités déjà atteintes, est effectuée par écrit par le candidat. La décision de validation relève du responsable régional des évaluations du titre.

Règles de validation d’acquis académiques :

Au cours du positionnement, à la demande du candidat et dans un objectif de personnalisation de service, il sera tenu compte des notes obtenues à un examen
de niveau IV ou plus.
Les capacités déjà évaluées lors de cet examen antérieur sont alors fournies par le  candidat. Le responsable régional d’évaluation statue sur la demande de validation d’acquis académiques. Il retient les notes, obligatoirement égales ou supérieures au minimum exigé, déjà obtenues lorsque ces capacités sont jugées équivalentes par lui aux capacités d’une ou d’épreuves de la certification visée.

La note est dans ce cas positif transformé en lettres pour l’épreuve ou les épreuves TECHNICIEN AGRICOLE correspondantes. Les justificatifs sont joints au dossier du candidat.

Présentation Générale

Les parcours conduisant à la délivrance du titre « Technicien agricole » ont pour objectif de préparer des professionnels capables de participer au management général de l’entreprise agricole, de s’approprier les données techniques, méthodologiques, juridiques, comptables et financières de l’exploitation agricole, de formuler des diagnostics, de participer à l’élaboration de scénarios prospectifs de l’activité de l’entreprise, d’anticiper les effets des choix et décisions

Objectifs

Finalité de la formation professionnelle continue :

  • Favoriser l’insertion ou la réinsertion professionnelle des travailleurs,
  • Permettre le maintien dans l’emploi,
  • Favoriser le développement des compétences des travailleurs et l’accès aux différents niveaux de la qualification professionnelle,
  • Contribuer au développement économique et culturel et à la promotion sociale des salariés,
  • Contribuer à la sécurisation des parcours professionnels.
La finalité de la formation en termes de compétences doit être définie ainsi que les objectifs de la formation en termes d’acquis à la fin de la formation (buts à atteindre).

On peut préciser les objectifs :

D’évolution : (d’impact)
Résultats ou impacts attendus de la formation.
Des indicateurs de « performance » mesurables peuvent être utilisés (recrutement…).

De formation : (opérationnels)
Afin de clarifier les résultats ou impacts attendus de la formation sur l’évolution des compétences et/ou des comportements professionnels devant être mis en place pour atteindre les objectifs organisationnels.
Pédagogiques :
Qui permettent d’identifier les connaissances, capacités, habiletés comportementales que les participants devront avoir acquis à l’issue de la formation (et qui seront mesurables).
 

Télécharger la plaquette




Modalités pédagogiques

Moyens pédagogiques :
· Cours pratiques et théoriques
· Salle de cours

Méthodes :
· Active,
· Interrogative

Modalités : Présentiel

Durée:

520 Heures en centre et 840 en entreprise

Dates

de Septembre à juin

Formateurs, Animateurs et Intervenants

Les formateurs animateurs permanents

Ils assurent la coordination pédagogique des parcours de certification, le suivi des stagiaires lors des périodes en entreprise, l’accompagnement des travaux personnels ou de groupes en cours de formation.
Ces formateurs ont ainsi un rôle de tuteur, de « facilitateur » du parcours de certification. Ils assurent également une partie des enseignements.
L’exigence vis-à-vis de ces formateurs est la suivante :
  • Une connaissance du milieu professionnel attestée par une expérience.
  • Une formation technique et générale et une qualification et/ou compétence de niveau III ou supérieure.
  • Une qualification pédagogique délivrée par l’Association Nationale pour la Formation et la Recherche pour l’Alternance.

b) Les intervenants extérieurs

Ceux-ci sont des spécialistes ayant une compétence professionnelle confirmée et/ou une formation supérieure.
Il s’agit notamment :
  • De directeurs de structures de l’amont ou de l’aval de l’agriculture,
  • De techniciens-conseil agissant auprès des agriculteurs,
  • D’animateurs de groupes de développement agricole et rural,
  • De consultants, spécialistes, experts,
  • De responsables du secteur de l’agriculture,
  • D’élus locaux,
  • Des réunions pédagogiques permettent de faire le bilan du déroulement du parcours de certification, des évaluations et de la progression des stagiaires vers leur objectif professionnel

Suivi de l'action

Emargement par les stagiaires et le formateur à l’école et pour le stage (émargement par le stagiaire et le maître de stage, et conventions de stages pour les adultes (hors apprentissage).

Evaluation de l'action

Pendant le cursus de qualification, la compétence ne peut pas être validée telle quelle puisqu’elle nécessite la mesure de l’expérience qui n’existe que dans l’action. C’est donc la traduction équivalente de la compétence exprimée en capacités (l’expression potentielle de la compétence) qui est mesurée.
Pour faciliter la validation, des fiches synthétiques de validation sont formalisées. Elles situent les capacités ainsi que la formulation des indicateurs et critères qui permettent de les mesurer.
Les modalités de validation qui sont déterminées pour chacun des domaines résultent d’un choix stratégique global et prennent largement appui sur l’expérience en milieu professionnel.
Le niveau de maîtrise des compétences acquises s’apprécie à travers les productions de chacun des candidats et selon un système à 5 paliers :
  • A : Très bonne maîtrise des compétences visées,
  • B : Maîtrise satisfaisante des compétences visées,
  • C : Maîtrise minimale des compétences visées,
  • D : Maîtrise insuffisante des compétences visées,
  • E : Compétences non maîtrisées.

Passerelles et débouchés possibles

(ROME : A1302)

Débouchés et poursuite d'étude

  • Chef d'entreprise agricole
  • Second du chef d'exploitation
  • Responsable d'atelier de production
  • Ouvrier hautement qualifié
  • Technicien de l'amont ou de l'aval de l'entreprise agricole